4 Juin 2020

LIBRE ANTENNE ! / 139

ERACLIUS

 

Le hasard, si tenté qu'il existe nous a mis mon amie médium Nabilla et moi-même sur les chemins de la Rome Antique en rencontrant Claudius César (voir les Âmes du 2 juin 2020) et aujourd'hui le jardinier de César. Celui-ci est venu pour remémorer à Nabilla, l'histoire d'une de ses anciennes vies et visiblement, il lui en veut encore !!! Ce jardinier Romain se nomme : Eraclius...

Enfin, je suis près de toi, je suis loin, si loin mais j’arrive à te parler ma chère enfant ; celle que j’ai tant aimé.

Je suis le père, le père qui jadis te faisait le bonheur.

Ton père avant, celui qui t’aimait, qui te consolait, qui veillait sur toi à l’aube du jour.

Je suis celui que tu aimais mais tu ne peux te souvenir car cette vie tu n’en a pas souvenir mon enfant.

Mon nom, celui que je portais est ERACLIUS le jardinier Eraclius de Rome, dans un monde où tout était mythologie,

où j’étais le jardinier de César.

Toi ma fille, celle qui vivait pour aimer, pour se rapprocher de la noblesse.

Tu as corrompu ton âme.

Tu as failli mais échoué ; ton ambition t’a mené à ta perte.

Personne ne pouvait te raisonner.

Tu voulais toucher l’or du bout de tes doigts, tu l’as fait mais trahie tu as été car cette ambition, ta perfidie ont causé ta perte.

Tu es aujourd’hui bien différente de cette époque .

Je t’ai retrouvé mais je dois dire que tu as encore la même âme de perfidie.

Tu ne feras pas ce qu’on te demande ; je ferai tout pour te faire échouer, tu n’y arriveras pas.

Je te veux du mal car j’ai été exécuté par ta faute ; j’ai dû mentir pour toi ; ma vie n’a été que cauchemar.

Tu n’es pas une fille que je souhaite voir réussir ; tu n’es pas digne de Notre Père.

Ta vie, celle que tu vis sera gâchée, je ferai tout pour cela.

Moi je t’aimais, tu m’as trahi, voilà tout.

Je suis celui qui causera ta perte, crois moi.

Je suis désolée si j’ai pu vous faire du mal dans une autre vie mais je ne m’en souviens pas.

Je sais que tu ne ta souviens pas mais ton âme s’en souvient.

Tu es peut-être protégée mais je trouverai le moyen et le moyen je l’ai : couper ton don.

Tu vas voir si je dis faux.

Eraclius, le Romain sans pitié.

Je n’ai plus rien à te dire.

Reste sur tes gardes.

Il est venu le temps, te retrouver et te briser.

Ta perfidie de l’avare, la traître.

Je cesse de te parler, tu n’en vaux pas la peine.

A jamais, encore moins aujourd’hui.

  • Wix Facebook page