ALDO

Hier, j'effectuais à la demande d'une personne une communication animale avec un chien nommé Aldo, disparu il y a quelques mois. Sa maîtresse ne sachant plus quoi penser, si son chien est vivant ou mort me demande de l'aide. Je vous diffuse aujourd'hui  cette conversation entre Aldo et moi, qui malheureusement se trouve être décédé.

​​​​

Je souhaiterais entrer en communication avec Aldo.

Je me suis échappé car je ne pouvais plus faire de peine à ma maîtresse adorée et c’est pour cela que j’ai préféré m’en aller.

Je me doute que ma maîtresse me pleure mais je ne peux plus lui infliger ma décrépitude et mon manque de vitalité. (à noter que Aldo était vieux et malade.)

Aujourd’hui, je courre de nouveau mais plus vers ma maîtresse mais vers mon Père Éternel.

Je l’aime tellement ma gentille maîtresse que parfois je me sens seul mais pas trop longtemps car dans l’autre monde, nous avons aussi des nouveaux maîtres.

Ils me sont très dévoués et ils sont extrêmement gentils.

Aujourd’hui, je me sens plutôt revitalisé car il me manque le vieux corps que j’avais sur votre vieille et belle terre mais bon, il me manque aussi ma maîtresse.

Je ne peux plus l’observer se vêtir ou se dévêtir pour que l’on aille se promener. Je ne peux plus non plus sentir sa belle chevelure blonde « platine ». C’est frustrant mais bon, c’est comme ça.

Je me demande lorsqu’elle sera elle aussi morte, est-ce que l’on se reverra ?

Est-ce que nous marcherons encore comme avant ?

Est-ce que nous serons encore l’un contre l’autre ?

Est-ce que mon corps verra sa main me caresser de nouveau ?

Je ne sais pas tout cela et je l’espère du plus profond de mon petit corps.

Je me demande comment j’ai pu vivre sans elle durant ma fugue.

Je ne voulais pas la perturber plus que cela et pourtant je crois bien que c’est ce que j’ai dû faire sans m’en rendre compte.

Martine va-t-elle bien ? ( après renseignements, Martine serait une voisine.) Passe-lui mon bonjour.

Mon Patrick d’Amour, je te remercie de m’avoir donné la parole.

Je ne regrette pas d’être trop tôt parti mais je ne pensais pas qu’en partant, je ne pourrais pas subvenir à mon grand confort que j’avais auprès de ma trop gentille maîtresse.

Voilà, je m’excuse encore une fois et je l’embrasse très fort sur le front et son odeur m’entraine au plus profond de son amour pour moi.

Je l’aime tellement fort. Merci encore pour tout l’amour que tu m’as donné, ma trop gentille maîtresse adorée.

Ne pleure plus car je serais toujours présent auprès de ton corps physique.

Aldo la classe…

   

  • Wix Facebook page