O MALLEY

On me demande aujourd'hui d'essayer de raisonner un chat qui pour son malheur est allé chez le voisin et en est ressorti blessé...

Je voudrais parler à O Malley. O Malley, es-tu avec moi ?

Je ne te trouve pas…Je t’entends mais je ne vois rien.

Tu sais, j’ai du mal à revoir d’un œil car on me l’a crevé pour s’amuser.

Enfin, je pense que l’on ne voulait pas me donner trop de souffrance et pourtant, aujourd’hui, je ne peux plus voir que d’un œil.

Je m’appelle O Malley et je n’habite pas trop loin de ma maman.

Aujourd’hui, je vous transmets son amour pour vous car je sais que bientôt vous la ferez parler comme vous me faites parler en ce moment.

Nous avons beaucoup de choses à vous annoncer, notamment que lorsque l’on sort de chez nous, il faudra, dorénavant que nous fassions énormément attention à ne plus nous prendre au piège de la méchanceté des voisins.

Nous avons déjà beaucoup trop souffert, croyez-moi, Monsieur Patrick Dorian.

Tiens, c’est drôle, je viens d’apprendre votre nom, je ne sais comment d’ailleurs et nous avons compris pourquoi vous vous connectez à nous autres, chats de la belle nature de cette belle ile, qu’est la Réunion.

Nous avons tant aimé cette nature avec mes frères et sœurs que lorsque nous aurons des problèmes, nous repenserons à notre mère nature et nous serons zen et bien.

 

Sais-tu qui t’a maltraité ?

Non mais je me souviens un peu son immense taille.

Sa hauteur me faisait peur et je ne voulais pas trop le lui montrer mais bon, j’étais tout de même, très effrayé.

Je ne pouvais pas le regarder en face car son ombre me dominait.

O Malley, il ne faut plus, désormais retourner dans ce jardin où il est arrivé tout ceci. D’ailleurs, dans aucuns autres jardins.

Je ne peux vous le promettre car mon instinct de chasseur m’ordonne d’y aller.

Mais bon, après, j’imagine que je pourrais le regretter.

Je ne sais pas comment me mettre au diapason de vos ordres sans bousculer l’ordre de mes gènes et de mon sang.

C’est très difficile pour mon espèce de pouvoir résister aux appels de la chasse.

Vous savez, je ne pourrais me résoudre de ne plus chasser. Cela me serait même presque impossible.

Voilà, c’est pourquoi, rien n’est bon mais rien n’est trop mauvais, non plus.

Je ne peux me résigner à obéir sans cesse. Il faut que vous compreniez bien que mon sang, c’est la chasse.

 

O Malley, ta maîtresse est très inquiète pour toi, ton avenir et ton œil.

Ma maîtresse s’inquiète pour un rien.

Je ne vois plus d’un œil, ce n’est pas faux mais bon, c’est la vie.

Je joue au chasseur et parfois, c’est mon corps terrestre que l’on se met à chasser.

Alors bon, c’est le jeu de cartes que l’on distribue et parfois, la donne est bonne mais parfois, ça peut être catastrophique.

Voilà, c’est ainsi que ça se passe. Alors Maîtresse ne soit pas dans la peur.

Ce n’est pas drôle mais bon, je suis encore vivant, c’est le principal.

Me voilà arrivé au tournant d’une de mes vies.

Nous autres chats, acceptons de souffrir pour la cause des félins.

Aujourd’hui, je me sens bien, c’est le principal.

Au revoir à vous mon maître devin et dites bien bonjour à ma tendre maîtresse.

Dites-lui bien que je l’aime très fortement.

Je n’arrive pas à capter ses messages mais c’est pourtant beaucoup d’amour que je ressens au plus profond de son cœur terrestre.

Au revoir.

O Malley, prince de sa cour…

  • Wix Facebook page